Les filles au lion

Les filles au lion

Jessie Burton

Gallimard

  • par (Libraire)
    28 mai 2018

    Coup de coeur du Passage Culturel

    Londres, 1967. Odelle, fraîchement arrivée des Caraïbes, est engagée comme dactylo dans une galerie d'art et travaille sous les ordres de Marjorie Quick. Elle découvre un jour un tableau intitulé "Les filles au lion", qui va profondément bouleverser sa responsable. Parallèlement, on suit le quotidien d'une riche famille de marchands d'art  en Andalousie dans les années franquistes... Deux époques, deux lieux, deux intrigues qui se répondent et nous dévoilent peu à peu l'histoire de ce tableau.
    Après le succès de son premier roman Miniaturiste, Jessie Burton nous embarque une fois de plus dans une passionnante histoire, riche en rebondissements et teintée de mystère. Elle nous plonge au cœur de l'histoire de l'art, en s'intéressant notamment à la place des femmes artistes au XXème siècle. A lire !


  • par (Libraire)
    29 septembre 2017

    Un vrai jeu de piste !

    Tout au long de ce roman, on passe de l'année 1936 en Andalousie à la veille de la guerre d'Espagne à Londres en 1967. Le point commun, un tableau.
    Qui l'a donc peint ? A travers les thèmes abordés, la guerre civile espagnole, la peinture, on assiste à une véritable enquête pleine de suspens et de rebondissements... Un vrai jeu de piste !


  • par (Libraire)
    9 août 2017

    un excellent roman

    Après Miniaturiste (2015, Gallimard du monde entier), Jessie Burton nous plonge dans un roman complexe dont le centre du récit s’articule autour d’un tableau fascinant, longtemps disparu, mais mystérieux tant dans sa création que dans sa transmission…
    1936, Andalousie, à l’aube de la guerre civile espagnole, Olive est une jeune femme de 19 ans passionnée de peinture. Mais, en ces temps, le monde de l’art est un secteur essentiellement masculin et, malgré la présence de son père, Harold, dans le monde des marchands d’art, l’espoir de caresser la vie d’artiste et d’être reconnue est plus qu'illusoire.
    Dans ce petit village du sud de l’Espagne, la rencontre d’Olive et d’Isaac, peintre et militant communiste, va faire renaître ses espoirs d’artiste…

    1967, Londres, Odelle est une jeune femme originaire des Caraïbes qui rêve de devenir écrivaine. Mais difficile de faire sa place dans une société où le racisme est encore ordinaire et où la précarité est omniprésente. Odelle se résigne à prendre un travail de vendeuse de chaussures puis de dactylo dans une galerie de peinture. Dans ce lieu, il y fait la connaissance de Lawrie, un jeune homme charmant, qui est venu faire expertiser une toile d’origine mystérieuse…

    Deux intrigues qui se succèdent d’abord, puis se croisent, et enfin, s’éclairent l’une l’autre dans un roman qui interroge sur de nombreux thèmes : le rapport à l’art et la création, le processus créatif et – surtout – les femmes, sur leur identité féminine et leur place dans la société et dans le monde de l’art.

    Un goût du mystère prononcé, des personnages complexes, en proie à la société et aux tourments de l’Histoire portés par une écriture riche. Un récit romanesque parfaitement maîtrisé et intelligent.

    Chronique de Serge Vessot


  • par (Libraire)
    16 juin 2017

    Belle lecture!

    Ce roman alterne deux récits: celui d'Odelle, jeune caribéenne, tout juste arrivée à Londres en 1967, et celui d'Olive et Isaac, peintres vivant en Espagne en 1936. Deux époques, des vies qui se croisent, et au centre une toile mystérieuse "les filles au lion". Un beau roman qui interroge l'inspiration créatrice et qui dresse de magnifiques portraits féminins. Une très belle lecture!


  • par (Libraire)
    14 juin 2017

    Ce roman se dévore !

    Tout tourne autour d’un tableau étrange et fascinant peint en Andalousie dans les années 30.Il réapparaît à Londres en 1967. L’amoureux d’Odelle, qui travaille dans une galerie d’art, le tient de sa mère mais ne sait rien de son histoire. La jeune femme va tenter d’en savoir plus. Jessie Burton construit son roman avec subtilité, ses personnages féminins sont à la fois hauts en couleurs et tout en nuances, l’appétit de créer merveilleusement relaté. Intrigant, passionnant, ce roman se dévore.


  • par (Libraire)
    17 mai 2017

    Odelle, jeune femme qui se rêve écrivain, travaille dans une galerie d’art et présente à sa patronne un tableau dont vient d’hériter son ami Lawrie. En voyant ce tableau la galeriste se décompose, pourquoi ? Quel est le lien entre elle et le peintre espagnol qui a crée l’œuvre en 1936 ? Ce tableau « Les filles au lion » traverse les guerres et les pays, il est au cœur de ce magnifique roman. Si tout commence à Londres en 1967 le nœud de l’intrigue est en Espagne en 1936. Impossible de lâcher ce roman surtout quand petit à petit le voile de lève et nous laisse rempli d’admiration ! Enorme coup de cœur !
    Valérie


  • par (Libraire)
    16 mai 2017

    Une pure merveille !

    Odelle, une jeune femme employée dans une galerie d’art, tente de percer le secret d’un tableau troublant.
    Magistralement construit, naviguant entre deux lieux et deux époques (l’Espagne de 1936 et le Londres de 1967), Les filles au lion est un roman passionnant et puissant dont l’intrigue vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page.
    Une pure merveille !


  • par (Libraire)
    16 mai 2017

    Londres, 1967. Un petit village en Andalousie, 1936. Des portraits de femmes, de l’amour, de l’art.


  • 15 mai 2017

    Jessie Burton confirme son talent romanesque avec ce second récit traduit en français. Deux histoires, deux époques, deux lieux (Londres 1967/ le sud de l'Espagne 1936). Comme trait d'union à cette construction binaire, ""Les filles au lion"", tableau énigmatique et fascinant dont le roman tire son titre. L'auteur impressionne ici par l'architecture narrative de son texte, le suspense, les secrets qu'elle égrène dans ce tourbillon romanesque où la création artistique, la détermination des femmes ont la part belles.

    Un excellent roman pour l'été.


  • 2 mai 2017

    Guerre d'Espagne, peintre

    J’avais aimé Miniaturiste, mais quelque chose dans le style de l’auteure m’a paru poussif.
    Je devais être dans une meilleure disposition d’esprit à la lecture de ce second roman, car j’ai réussi à me laisser porter par l’histoire (j’ai noté quelques tournures grammaticales étranges, mais pas de quoi me décourager).
    J’ai aimé Odelle, arrivée de Trinidad à Londres en 1967 : le froid qu’elle ressent, la pluie, et son premier travail dans un magasin de chaussures.
    J’ai aimé Quick, étrange femme au caractère versatile qui fait tout pour cacher son passé.
    Les parents d’Olive ne sont pas en reste : son père, marchand d’art allemand, et sa mère, anglaise sous médicaments elle aussi amoureuse du frère de Teresa.
    J’ai aimé les descriptions des tableaux d’Olive, pleins de vie avec un vrai sens artistique (contrairement à ceux du frère de Teresa, de facture plus classique et bien ternes).

    J’ai aimé que Teresa ose faire découvrir le talent des artistes qu’elle croise. Elle est, pour moi, le vrai personnage principal de ce roman. Je l’ai quitté à regret.

    Sont également abordés par petites touches le racisme envers les personnes de couleur dans l’Angleterre des années 60-70 ; la passion de Peggy Guggenheim pour les oeuvres d’art ; les vernissages d’expositions.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Teresa sur le bateau qui l’emmènera loin de son Espagne natale.

    http://alexmotamots.fr/les-filles-au-lion-jessie-burton/


  • par (Libraire)
    14 avril 2017

    Le second roman de Jessie Burton est splendide. L'auteur alterne deux récits. Le premier se déroule en Espagne dans les années trente où l'on suit les débuts dans la peinture de la jeune Olive Schloss et du peintre rebelle Isaac Robles. On assiste au succès fulgurant de tableaux dont Gugenheim sera la première admiratrice. La seconde intrigue se déroule à Londres dans les années soixante et met en scène Odelle, jeune fille originaire de la Barbade, qui travaille dans une galerie d'art. Elle et sa patronne, Marjorie Quick, devront tenter de recoller les pans de l'histoire afin de comprendre les raisons et les mystères de la réapparition de l'un des tableaux perdu pendant la guerre, Les jeunes fille aux lion.

    C'est une écriture très belle dans laquelle le lecteur accepte de se laisser porter par l'intrigue et les différentes facettes des personnages hauts en couleurs. Burton manie à la perfection son récit et ses surprises.

    Un beau roman dans lequel l'auteur décrit un univers en voie de disparition, et réussit, grâce à un style littéraire maitrisé à nous faire ressentir l'art et son processus de création.


  • par (Libraire)
    21 mars 2017

    Irrésistiblement romanesque

    Dans les années 60, Odelle débarque fraîchement à Londres depuis Trinité-et-Tobago. Elle qui se rêve écrivain se retrouve employée dans un magasin de chaussures. Son sort s’améliore lorsqu'elle est embauchée miraculeusement comme secrétaire dans une prestigieuse galerie d'art. Un jour, un jeune homme, croisé au cours d'une soirée, se présente à la galerie avec un mystérieux tableau qui met en émoi Marjorie Quick, mentor et supérieure d'Odelle.
    En 1936, en Espagne, Olive, jeune anglaise fille d'un marchand art, vient d'être acceptée, à l'insu de ses parents, dans une école d'art. Elle peint en secret de magnifiques toiles, emportée fiévreusement par l'inspiration provoquée par sa rencontre avec Teresa et surtout Isaac son tumultueux frère.
    Le destin paralléle de nos deux jeunes héroïnes, tous deux fascinants, va mettre à jour des liens entre elles : amour, art, appétit de vivre pleinement...et d'autres encore que l'on découvre sous la plume delicate de la talentueuse auteure.
    De beaux portraits de femmes.


  • par (Libraire)
    18 mars 2017

    Découverte avec son premier roman " Miniaturiste" , voici une jeune romancière au talent singulier.
    Le thème de l'art reste au centre de ce nouveau roman hautement captivant . La clef en est un tableau intitulé " Les filles au lion" et qui va nous entraîner à Londres dans les années 60 mais aussi en 1936 dans les soubresauts de l'histoire espagnole.
    Une belle intrigue autour de personnages attachants et un dénouement inattendu.