Le dernier enfant

Le dernier enfant

Philippe Besson

Julliard

  • par (Libraire)
    12 février 2021

    Besson décortique le sentiment de vide que ressent une mère au départ de son dernier enfant de la maison. La preuve qu'un homme peut se mettre dans la peau d'une femme, d'une mère, saisissant de vérité !

    Anne, Charlemagne Toulon


  • par (Libraire)
    7 février 2021

    Un livre touchant.

    Philippe Besson nous fait vivre au plus près le déchirement d'une mère qui voit son enfant quitter le cocoon familial pour vivre sa vie.
    Nouvel appartement, l'université...

    C'est un livre qui m'a sincèrement touchée. L'écriture est une grande délicatesse.


  • 1 février 2021

    Le Dernier enfant c'est un peu le sujet qui tourmente. C'est la dernière journée d'un couple avant de déposer le dernier enfant dans son studio d'étudiant. Vingt-quatre heures dans la tête d'Anne-Marie du petit déjeuner au coucher. Les dernières tartines au petit matin pour le fils qui s'en va. Elle se remémore tous ces petits instants de bonheur simple partagé avec Théo. Les angoisses d'une maman affleurent, la pudeur du papa n'est pas en reste. La force de Philippe Besson c'est de vivre dans la tête d'une maman face au nid vide. C'est sobre et déchirant et forcément ça touche à l'intime et fait écho. L'infiniment petit du quotidien donne le vertige. Cette rupture rythme l'existence des parents. Philippe Besson souligne la place de l'imprévisible et questionne notre capacité à supporter l'incertitude de l'enfant qui grandit. Les liens restent sensibles, s'infiltrent et sont engrammés dans notre chair de parents. La vie d'avant, avec l'enfant s'obstine en filigrane. Pas d'ardoise magique pour la fragilité. Le stylet de l'enfance a laissé sa marque sur la surface de la vie d'Anne-Marie. Il faut vivre avec les tessons du souvenir, selon une relative solidité intérieure. C'est une torsion psychique à laquelle on se doit de faire face le mieux possible. Anne-Marie abandonne un certain pan de son existence et va se fondre sur un nouveau style d'existence. C'est une évolution pas uniquement un séisme, une sorte de modification intérieure, une mutation. Elle rompt avec son habitude d'être.
    Je range ce livre dans le carré précieux de ma bibliothèque parce qu'il permet de retrouver cette force de l'incertitude de la vie et le courage d'être.


  • par (Libraire)
    30 janvier 2021

    Le syndrome du nid vide

    Anne-Marie redoutait le départ de son dernier enfant, après celui des deux précédents. Elle va se retrouver seule avec son mari dans un grand pavillon. Nous assistons au déménagement du fils dans la ville voisine avec l'aide des parents puis la pause au restaurant et le retour des parents dans le pavillon vide, ô combien vide !
    Récit tout en délicatesse et sensibilité, qui rend le moment de la séparation mère-enfant très touchant. Le syndrome du nid vide, à travers les questionnements de l'âme de cette mère qui souffre.


  • par (Libraire)
    27 janvier 2021

    C est un dimanche pas ordinaire pour Anne-Marie, Patrick et Théo leur petit dernier, car c est le jour du déménagement de Théo, le jour où il quitte le nid familial pour rentrer dans sa vie d adulte Philippe Besson va explorer la psyché de ses personnages et va se mettre dans la peau d’ Anne -Marie. L’histoire va avancer au gré des rebondissements des pensées conscientes et inconscientes des personnages. Une fois de plus avec une écriture juste, fluide et sensible Philippe Besson a un grand talent pour sonder l âme humaine et fait des petits riens de tous les jours un roman qui parle à tous les lecteurs.


  • par (Libraire)
    25 janvier 2021

    Lumineux

    " Il est parti trop tôt". En prononçant cette phrase Anne-Marie se rend soudain compte de son double sens. C'est vrai que Théo, son fils de 18 ans, est parti trop vite, mais il n'est pas mort Théo. Il vient juste d'avoir son bac et quitte la maison familiale pour la Fac. C'est pour elle, sa mère, que l'on peut parler de mort, de petite mort, car elle va devoir réinventer une nouvelle vie, en tête à tête, avec Patrick son mari aimant mais taciturne et pudique. Plus qu'une séparation, c'est un gouffre qui s'ouvre devant elle. Une chute vers l'inconnu.
    Comme d'habitude avec des mots simples, des phrases courtes, Philippe Besson traduit magnifiquement les sentiments universels, ceux qui monopolisent l'essentiel de nos pensées.
    Vingtième livre en vingt ans, nouvelle pierre à l'édifice qui devient peu à peu, une œuvre littéraire. Humaine et sensible comme l'amour d'une mère pour son fils.

    Eric


  • par (Libraire)
    23 janvier 2021

    On a l’habitude de dire que Philippe Besson est un auteur qui sait dépeindre les sentiments, mais avec « le dernier enfant », il retranscrit et nous plonge en finesse dans l’univers de la classe moyenne des années 80.
    Ce nouveau livre de Philippe BESSON est à la fois simple comme la vie quotidienne et entre dans la profondeur des psychologies.
    Véritable miroir d’une époque, on ne pourra s’empêcher de penser aux romans d’Annie Ernaux.

    Jean Michel BLANC