On ne voyait que le bonheur
  •  
EAN13
9782253182863
ISBN
978-2-253-18286-3
Éditeur
Le Livre de Poche
Date de publication
Collection
Littérature & Documents (33890)
Nombre de pages
312
Dimensions
18 x 11 x 1 cm
Poids
170 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

Offres

Antoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s'intéresse à la sienne, se demande ce qu’elle vaut vraiment. Par une introspection sans concession, il nous entraîne alors au cœur de notre propre humanité, lui qui ne s’est jamais remis de son enfance, ballotté entre faux bonheurs et réelles tragédies.
Orchestré en trois mouvements, du nord de la France à la côte ouest du Mexique, On ne voyait que le bonheur explore aussi le pays de l'adolescence. Et montre que le pardon et la rédemption restent possibles en dépit de tout. 


 
Ambitieux et maîtrisé. Grégoire Delacourt a fait le voyage au fond de lui-même pour y trouver un trésor, son roman. Bernard Babkine, Marie France.
Une jolie réflexion, amère mais lucide, sur la vie. Et notamment la valeur de celle-ci… Florence Pitard, Ouest France.
Bouleversant. Valérie Gans, Madame Figaro.
 
Meilleur roman 2014 (Le Parisien /Aujourd’hui en France)
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
29 août 2015

Un texte plein de sensibilité

Antoine, expert en assurance d'une quarantaine d'années, passe son temps à estimer la vie des autres jusqu'au moment où il s'intéresse à la valeur de la sienne. Alors Antoine ne s'arrête plus à l'image du bonheur que reflètent les photos ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

14 septembre 2015

Et si on lisait Grégoire Delacourt?

Il est de bon ton, paraît-il, d’éreinter Grégoire Delacourt. Trop de succès pour les uns, trop de facilités pour les autres, l’auteur se vend bien, très bien même, mais agace les critiques. Son deuxième livre fut un immense succès populaire ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Grégoire Delacourt